J’économisme (j’économise avec optimisme)

Avec Rémy, on s’est fixé des objectifs :

1° Garder une petite somme de côté pour les coups durs potentiels d’avant le départ et pour anticiper notre retour (on ne voulait pas être dans la dèche totale en rentrant)

2° Et économiser 15 000 euros chacun pour financer notre voyage

C’est sûr qu’on aurait pu partir plus vite si on ne s’était pas fixé l’objectif numéro un mais nous on est plutôt du genre prévoyants. Et si vous vous souvenez bien, Floriane a plutôt tendance à être facilement stressée du bulbe face à l’inconnu.

Notre méthode :

-On fait l’état des lieux de ce qu’on dépense chaque mois. On prend nos relevés de banque, nos factures et on fait de jolis tableaux Excel (notre principal allié).

-On note bien toutes les dépenses incompressibles : le logement, la nourriture, l’électricité (le coiffeur de Rémy/ nb : il risque de plier boutique en son absence !) etc.

-On n’oublie pas ce qu’on paye que ponctuellement (certaines assurances, les impôts et taxes d’habitation) pour garder la somme disponible et ne pas être dépourvus quand la facture sera venue.

-On fait le point sur ce qu’on dépense et qui n’est pas vital : c’est là-dessus qu’il faudra faire des sacrifices.

-On voit combien on gagne à tous les deux et combien, en se serrant la ceinture (et en comptant le 13ème mois de Monsieur), on peut mettre de côté chaque mois. Et du coup on sait en combien de temps on aura atteint notre objectif. Équation sans plus aucune inconnue ! Pour nous, ce sera un départ en septembre 2016.

Le+

Quand vous commencez à recevoir des appels de votre conseillère bancaire pour faire le point, c’est que ça sent bon. Aha, elle voit qu’on a bien épargné et elle veut nous vendre un produit financier (un crédit pour construire peut être ?) : eh ben non merci !

Franchement, ce n’est pas tous les jours évident de faire des sacrifices. Mais on essaye de rester positifs, de se dire que c’est pour la bonne cause. Puis, on est fiers d’avoir fait équipe ensemble pour y arriver, d’avoir travaillé dur et de se l’être donné. On se sent un peu comme une équipe de rugby en finale de la coupe du monde. Peut-être que ces efforts donneront à cette expérience que plus de saveurs !

Les règles de base

-On ne part pas en week-end, ou alors qu’exceptionnellement et pas loin/chers

-On va plus au resto. Mais ce n’est pas dramatique parce qu’on se régale souvent avec du home made. Et on se dit qu’en voyage nos petits plats nous manqueront peut être alors on fait le plein !

-On évite les bars  et/ou on ne prend pas pintes sur pintes parce que la note grimpe vite!

-On fait plus les magasins. Même si on a envie de fringues un peu actualisés et qu’on se sent ringards ! Çà encombre les placards, il faudrait les abandonner de toute façon, et à notre retour ce serait peut-être déjà devenu ringard !

-On évite les sorties payantes (sauf pour se faire plaisir une fois tous les 36 de l’an parce qu’on sature)

Les petites astuces du quotidien

1/ On renégocie

On essaye de revoir à la baisse ce qu’on paye : les forfaits téléphoniques, internet, les assurances, etc

2/ On consomme malin

-On check bien les placards avant d’aller faire les courses : ne pas acheter de trucs inutiles, appliquer la règle du premier entré/premier sorti (éviter le gaspillage), faire une liste pour ne pas (trop) se laisser tenter. Attention : Il faut quand même se faire plaisir de temps en temps quand même. Sinon c’est comme avec les régimes trop privatifs, on est frustrés et on dégoupille !

-On fait gaffe au chauffage (surtout si on habite en Aveyron où les températures ne sont pas équatoriales) : l’hiver on règle le thermostat juste ce qu’il faut, on le baisse bien quand on n’est pas là, on ferme les volets/stores/rideaux pour garder la chaleur. Ça a l’air tout con mais au final ça compte. On fait globalement attention à toutes les dépenses énergétiques !

-Si on a vraiment besoin d’acheter quelque chose on flaire les bonnes affaires et on compare bien. On va faire un tour sur internet pour glaner des bons de réduction ou l’envoi gratuit de la commande. On n’a pas honte d’aller sur radins.com.

-On jette un petit coup d’œil aux missions d’enquêteurs mystères : des fois qu’on tomberait sur quelque chose d’intéressant.

-On évite les activités sportives trop chères en salle ou en club. Pour garder la forme on peut miser sur les tutos en ligne ou sur l’appli gratuite seven.

3/ On partage/ On ne garde que l’essentiel

-On covoiture pour aller au travail : c’est sympa et tout le monde y gagne. Si on n’habite pas en rase campagne comme nous, on peut penser à d’autres options (transports en commun, vélo etc).

-On vide nos placards : on squatte les vides-greniers et brocantes, et on essaye de vendre les trucs dont on se sert plus. On arrive vite à gagner des euros, on développe sa force de persuasion et on s’entraine à la négociation ! Rémy a bien réussi à vendre un vieux pull difforme avec des flammes, relique de son adolescence déjantée à un gothique qui passait par là ! On peut aussi déposer des objets sur le bon coin, peut être trouveront ils preneurs !

-Si on veut se faire un petit week-end : on covoiture, on fait du couchsurfing ou du airBnB.

-On prend sa carte à la bibliothèque. Il n’y a pas forcément toutes les dernières nouveautés mais on y gagne !

4/ Travailler +

On essaye de trouver un job d’appoint pour arrondir les fins de mois. Mais bon honnêtement, ce n’est pas forcément évident de concilier ses horaires de boulot avec ça et d’avoir la motivation sur les peu de temps de liberté et de repos qu’on a.

Il y a pleins d’autres astuces possibles : déménager pour avoir un loyer moins chers, louer son appart si on est proprio (ce qui n’est pas notre cas) … Mais on n’a pas tout fait ! Niveau économie, ils ont géré eux aussi : ValizStoriz et Instinct Voyageur

On a laissé tomber l’idée

Kidnapper et dépouiller des amis riches pour pouvoir voyager pendant six ans non-stop sans se priver (pourtant il y a une vraie manne financière en jeu !)

Là, on a failli être découragé

-Quand on est sorti dans un bar (après des mois d’abstinences) et qu’au milieu d’une route déserte, une biche est venue exploser notre parechoc. Bilan : 250 euros de franchise et la soirée la plus chère qu’on ait passé.

-Quand chaque journée au travail est là même ou presque : copier/coller ; copier/coller. Du lundi au vendredi. Et qu’on n’en voit pas le bout : pas de vacances, le départ semble encore loin. On s’ouvrirait bien les veines avec l’agrafeuse. Et heureusement que le téléphone est sans fil maintenant parce qu’on se le serait bien passé autour du cou ! Ce qu’on fait : on pense à la fable du lièvre et la tortue et on prend son mal en patience.

Le partage c'est la vie 🙂

Related posts

2 thoughts on “J’économisme (j’économise avec optimisme)

  1. Yeah !!!! Bravo les loulous, on n’a rien dans rien et vous arrivez à vivre vos rêves grâce à vos sacrifices quotidien. Peu de gens sont prêts à le faire alors bravo !!! 1 000 mercis d’avoir cité la Valiz, cela me touche beaucoup ! Beaux voyages à vous deux !!! ;D

    1. Tourdumondeux

      Merci à toi pour ces encouragements! On adore ton blog et ton style alors on fait partager, c’est normal! Bonne chance dans tes nouveaux projets! A très vite (qui sait?!)

Comments are closed.