Un voyage solidaire en Sierra Leone (Partie II)

Enfants-participation-cris

Notre mission :

 

Rénover-Construire-Distribuer

Sur place en Sierra Leone, nous avons passé énormément de temps à discuter avec nos interlocuteurs : organiser une Assemblée Générale et des réunions pour que chacun puisse donner son avis et s’approprier le projet, acter des partenariats, passer des conventions.

Nous avons aussi été au Ministère de l’Éducation et avons rencontré l’équivalent en France de l’inspecteur d’académie. C’était une étape décisive parce qu’avoir l’aide de l’État facilite énormément les démarches.

Rénover une école à Kissy

En arrivant sur place, nous découvrons l’ampleur de la tâche. Nous nous organisons et chacun s’y met. Certains commencent par nettoyer : il y a de la poussière et de la terre à foison. Et ce n’est pas simple avec les balais africains rudimentaires ! Il faut prendre le coup de main.

D’autres récupèrent les matériaux nécessaires : du bois, du ciment, des clous, des verrous, de l’eau, du sable. Les artisans (maçons, menuisiers, casseurs de pierre) nous rejoignent : on leur donne leurs contrats de travail et on leur explique ce qu’il faut faire. Bénévoles et artisans travaillent ensemble et ça avance !

 

Des anciens élèves de l’école de Kissy désormais étudiants ont monté une association et nous prêtent main forte. Des enfants nous ont même spontanément donné un petit coup de main!

Avec l’aide de chacun, à la fin de notre séjour, l’école a retrouvé de la fraicheur et de la gaieté. Rien que de l’extérieur, ces couleurs bleues sur les façades redonnent de la vie à ce lieu ! Lors de notre séjour, des cours sont donnés à l’école (même si c’est les vacances) pour les élèves volontaires.

C’est une belle surprise de voir une classe achevée : tableau, bureaux, bancs neufs et matériel scolaire. Je n’ai jamais été aussi ému qu’à cet instant-là. Le professeur et les enfants nous sautent dans les bras avec un large sourire et nous remercie longuement. Pendant la récréation les enfants sont euphoriques.

Je commence à réaliser tout ce que nous avons fait, tout ce qu’on leur a apporté, tout ce qu’on  a partagé avec toutes les personnes que nous avons rencontré ici.

Construire sur un terrain à Yarms Farm

Nous partons en 4×4 vers le terrain, donné par l’État,  où nous souhaitons construire une école. L’occasion de sortir de la ville, d’apercevoir des paysages magnifiques et d’admirer les mangroves.

zeste-culture-mangrove


Notre véhicule s’arrête un peu avant le terrain,  au pied d’une classe coranique. Les enfants en nous voyant commencent à chanter ! Nous commençons l’ascension vers le terrain par un chemin escarpé. Une fois arrivés, nous pouvons prendre les mesures nécessaires, élaborer des plans, réfléchir à l’emplacement des réservoirs, sanitaires et des dix classes.

Ça se concrétise et ça fait du bien !

Distribuer du matériel scolaire

Comme je l’ai raconté précédemment, en France, l’ASDES a mené une belle campagne de collecte de fournitures scolaires. Nous avons amené un gros chargement de 120 kilos à redistribuer aux enfants. Chacun de nous en plus de ce chargement, n’avais amené qu’un bagage à main pour ses affaires personnelles. Le reste était dédié aux fournitures. Nous avions préparé pour chaque élève une trousse remplie de stylo et des cahiers.

C’était une grande joie de pouvoir les leur offrir. Nous avions fait passer un appel radiophonique pour avertir les familles. Ils étaient très nombreux à se déplacer et ce même si c’était les vacances scolaires.

Nous avons également distribué des fournitures aux professeurs. L’occasion pour eux de nous alerter sur l’état de la charpente : il y a de l’eau qui s’infiltre quand il pleut. Et sur la nécessité d’avoir de nouveaux mobiliers.  Lors de notre séjour nous nous sommes efforcés de gérer ces urgences.

La joie et le sourire des enfants

Les enfants réunis devant l’école se sont mis à chanter  et entendre ça prend aux tripes !  Une grande émotion m’envahis. Le moment passe bien trop vite. Nous faisons des photos. Je suis au milieu des enfants, ils me serrent la main. Je prends un petit dans mes bras pour qu’on puisse le voir sur la photo.

On a l’impression de leur avoir donné de l’or. Ces enfants sont joyeux ! Ils sont captivés de se voir sur l’écran. Ils sont magnifiques avec leurs uniformes bleus. C’est dur de les laisser partir.

Participer à la vie d’une classe

On a pu rendre visite à une classe qui fait du soutien pendant les vacances. Quand un élève trouve une bonne réponse, toute la classe applaudie! Et nous on applaudit à tant de solidarité, tiens ! Geneviève, bénévole de l’ASDES et ancienne institutrice, a pu faire un mini cours de français à ces élèves.

Elle leur a appris à dire bonjour, les différentes parties du corps et à chanter frère jacques. Les enfants sont un peu timides mais ils participent de bon cœur.  L’instituteur lance ensuite un jeu du Jacques a Dit auquel nous participons tous. Un super moment !

Mais le voyage ne s’arrête pas là!

Dans la Partie III, retrouvez nos aventures en pleine brousse.

Le partage c'est la vie 🙂

Related posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.